==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

mercredi 20 septembre 2017

Tsunami a Xochimilco


Voici ce que ça donne, un tremblement de terre sur l'eau des canaux de Xochimilco.
Les trajineras sont secouées, et je ne crois pas que les touristes réalisent ce qui est en train de se passer sur terre...

Je n'ai jamais connu de telles secousses, au Mexique.

La première fois j'étais assis devant un ordinateur dans un cybercafé de México et j'ai cru que je faisais un malaise, jusqu'à ce qu'une main m'empoigne le bras en disant "il faut sortir, c'est un tremblement de terre".

La deuxième fois, on jouait aux dominos quand la table s'est mise à remuer. Nous sommes rapidement et calmenent sortis dans la cour. J'avais l'impression d'être ivre, tellement je titubais sur le sol en mouvement.

La troisième fois c'était à Oaxaca. J'étais sous la douche et j'ai été un peu surpris de voir le lustre se balancer, mais j'ai mis ça sur le compte du courant d'air. C'est mon ami Cousinus qui m'en a informé en me téléphonant pour prendre de mes nouvelles.

En tous cas, mes amis mexicains sont tous sains et saufs.

Terremoto

Il y a pile 32 ans, un tremblement de terre détruisait México et faisait 10 000 morts.
Cette nuit, un nouveau tremblement de terre a frappé CDMX et les victimes se comptent déjà par centaines.

video

mardi 19 septembre 2017

Desaparecidos


"Le 26 septembre 2014, 43 étudiants de l'Ecole Rurale Normale d'Ayotzinapa furent enlevés par la police. L'enquête menée par l'Etat fut démontée point par point par les experts indépendants de la Comission Interaméricaine des Droits Humains. Ces derniers, empêchés par l'Etat Mexicain d'enquêter l'armée et les hautes sphères politiques, ont été forcés de quitter le pays l'année dernière. 

3 ans après, ces 43 étudiants sont toujours disparus. 

Ayotzinapa est la pointe d'un iceberg : le chiffre officiel de disparu.e.s au Mexique est de 30 971, alors que le chiffre d'assassiné.e.s dans la guerre contre le narcotrafic depuis 2006 dépasse les 170 000. 

Le Mexique, gouverné par un Narco-Etat, est plongé dans une violence et une crise de droit humains sans précédents.

Cette journée est l'occasion de se rappeler que 3 ans après Ayotzinapa, la lutte continue ! Que justice soit faite pour les + 30 000 disparu.e.s !"

Pour mémoire : ICI 

dimanche 17 septembre 2017

¡ Provecho !

Une conférence de la Dra E. Mazzetto


Et dans le même ordre d'idées :




"La carne del hombre al mismo tiempo trae al presente el mito de la creación mediante el rito, pues, así como los hombres han de ser sacrificados para alimentar al sol, unos deben morir para que otros sigan existiendo, en este caso los grados honorarios de la sociedad, el cihuacoatl, el tlacatecatl, el Quetzalcoatl tlamacazqueh entre otros, son quienes degustan las mejores partes de las presas."

samedi 16 septembre 2017

vendredi 15 septembre 2017

Ça va griter !

Ces 2 jours, 15 et 16 septembre — respectivement Grito de Dolores et Aniversario de la Indépendencia — font partie des Fiestas Patrias et sont fériés.

Le "Cri de Dolores" fait référence à l'appel au soulèvement contre le gouvernement espagnol, lancé par le père Miguel Hidalgo y Costilla en 1810, au son de la cloche du village de Dolores (pas très loin de San Miguel de Allende).

Chaque année, son Grito est repris dans tout le Mexique et même dans les communautés mexicaines expatriées, et se termine par le fameux "Viva México" (3 fois) et des tintements de cloches.


La cloche de l'indépendance. C'est une réplique qui trône à Dolores Hidalgo :
l'originale est accrochée au fronton du Palacio Nacional à México.

Statue du Padre de la Patria Miguel Hidalgo, face à l'église de Dolores.

Avec mon pote Miguel.

Coup de folie à Dolores Hidalgo.